Le retrait des autorisations d’urbanisme : l’exemple du permis de construire

C’est la loi n°2000.231 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens avec leurs relations avec les administrations et la célèbre jurisprudence TERNON qui ont redéfinies les conditions de retrait des actes administratifs. Le retrait d’un acte permet à la personne publique de retirer un acte qui serait potentiellement contestable sur le plan de la légalité. C’est en quelque sorte un « droit de repentir ».

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire l’article sur Le Village de la Justice :